Actualité

Actualités - 21 novembre 2018

Sensibilisation au radon

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle qui provient de la désintégration de l’uranium présent dans la croûte terrestre. On le retrouve partout à la surface du globe. Nous sommes donc quotidiennement exposés à celui-ci de manière non uniforme. Le radon est inodore, incolore et sans saveur. Il est impossible de le détecter par les sens.

Sous forme de gaz, le radon peut être inhalé et présenter un risque pour la santé. À l’extérieur, il ne présente aucun danger, car il se dilue rapidement dans l’air ambiant. Par contre, lorsqu’il pénètre dans les habitations, il peut s’accumuler et atteindre des concentrations élevées.

À long terme, le seul risque connu lors d’une exposition à des concentrations élevées est de développer un cancer du poumon. Ce risque dépend de 3 facteurs :

  • La concentration de radon
  • La durée d’exposition
  • Les habitudes liées au tabac

Le gaz radon et ses descendants solides présents dans l’air peuvent être emprisonnés dans les poumons où ils se désintègrent et émettent des « particules alpha ». Les particules alpha libèrent une énergie qui est absorbée par le tissu pulmonaire et endommage celui-ci. Lorsque les cellules pulmonaires sont endommagées, elles risquent de former un cancer au moment de leur reproduction. On estime qu’au Canada, 16 % des décès par cancer du poumon seraient associés à l’exposition au radon. Elle constitue la 2ecause de cancer du poumon après le tabagisme.

 

Voies d’infiltration

Une récente étude menée par Santé Canada dans 15 000 maisons à travers le pays démontre qu’une maison sur dix au Québec présente un problème de radon, c’est-à-dire une concentration supérieure à 200 Becquerels par mètre cube. Il n’existe pas de régions sans risque pour le radon. Les grandes villes ne sont pas à l’abri du radon.

En effet, 6.9% des maisons de Montréal, 8.8 % des maisons de la région de Québec et 12.1% des maisons de la région de Laval testées ont présenté un problème de radon.

Votre voisin a mesuré une faible concentration de radon chez lui et vous croyez qu’il en est même chez vous? Détrompez-vous; il n’est pas rare de voir une maison présenter une concentration élevée de radon alors que la maison voisine présente une concentration très basse.

Que votre maison soit neuve ou vieille, le radon a tendance à s’accumuler dans les pièces les plus basses et les moins ventilées des habitations – au sous-sol par exemple – où il peut atteindre des concentrations élevées.

Le gaz peut s’infiltrer dans une maison par différents endroits :

  • les fissures des murs de fondation;
  • entre les dalles de plancher;
  • les planchers en terre battue;
  • les joints de construction;
  • les ouvertures autour des conduits d’évacuation (ex. : raccords de tuyauterie);
  • les écarts autour des tuyaux de branchement et les montants de support;
  • les vides sanitaires, les siphons de sol et les puisards.

Le radon peut s’infiltrer n’importe où dès qu’il y a une ouverture entre le sol et la maison, que ce soit autour ou en dessous de la maison. Il peut s’infiltrer même si vous avez un vide sanitaire, même si vous n’avez pas de sous-sol ou que votre maison est construite au niveau du sol.

La seule façon de savoir si vous avez un problème de radon dans votre maison est d’en mesurer la concentration à l’aide d’un appareil simple et prévu à cet effet. Pour avoir des informations concernant l’achat d’un appareil, consultez de lien: Association pulmonaire du Québec

Pour plus de détails, consultez l’étude pancanadienne du radon dans les résidences : http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/radiation/radon/survey-sondage-fra.php.